Best Montreal Craft Beer Tour Experience


justin_trudeauCapture d’écran 2015-12-21 à 16.59.36

Wow, fin de 2015, quel meilleur moment pour faire un top quelque chose de 2015 ! Les probabilités sont que, dans le prochain mois, vos « feed » soit jonchés de ces dites compilations de ce que vous avez manqué au cours de la dernière année. Top 11 des meilleurs films de l’année, top 42 des chansons pop qui vous rappelleront 2015, Top 18, 2015, des restaurant à sushi où l’on retrouve un tapis à poils longs… le tout entrelacé de choses ayant rapport de près ou de loin au nouveau Star Wars!

J’ai donc choisi, bière à la main… et clavier à l’autre de vous faire ma revue pratico-pratique de ce que l’on pourrait baptiser : Top 7 des meilleures bières de 2015 que vous pourriez retrouver dans votre épicerie spécialisée d’ici la fin de cette dite année 2015.

Veuillez noter que ces bières ne sont pas placées dans un ordre qualitatif, mais bien dans un ordre alphabétique du nom de la couleur dominante de leurs étiquettes respectives.

Mellifera, Microbrasserie Le Trou de Diable – Shawinigan

Mellifera Trou du diable meilleure bière 2015

Mellifera du Trou du diable est la résultante d’une longue évolution qui l’a menée à ce qu’on connaît aujourd’hui, une saison lacto-fermentée au miel !

-Cool Hugo ! Moi j’aime ça les bières au miel, ça me donne l’impression de lécher les doigts de Winnie de Poo tout en développant tranquillement un diabète de type 2 !

– Retourne chez toi boire ton «impérial brown ale au miel et chocolat blanc » et laisse moi tranquille !

Malgré les croyances populaires, quelque chose peut être au miel sans être sucré, le miel étant un sucre hautement fermenticible !

Au regard, la Mellifera est d’un blond miel (concept) légèrement voilé où bourdonne (encore une fois concept) une gazéification bien marquée. Au nez, on y découvre des arômes citronnés, de fleurs et d’herbes fraîches le tout couronné d’une touche lactique. En bouche, son acidité bien présente et sa sècheresse relative vous feront regretter de ne pas l’avoir ouverte quand vous étiez seul(e) à la maison !

Session Houblon, Microbrasserie le Castor – Rigaud

Session Houblon, Microbrasserie le Castor meilleure bière 2015

Tout le monde, ou presque, connaît la Yakima IPA Biologique de la fameuse brasserie de Rigaud. La session Houblon est un peu le jeune frère de la Yakima. Tu as aimé la Yakima, tu es sorti avec, tu l’as amené dans toutes tes soirées et vous avez des tonnes de bons souvenirs ensemble ! Un jour dans un souper, tu rencontres son petit frère à 4.3%, ils se ressemblent beaucoup, des traits familiers, un peu moins de party mais d’une bien meilleure influence. Sans que tu puisses réaliser, vous êtes tout le temps ensemble! Tu continues a voir Yakima de temps en temps parce qu’il est bien « funné », mais c’est pas lui que tu appelles chaque soir.

La Session houblon est d’un beau doré éclatant légèrement voilé et produit une belle mousse blanche qui s’estompe rapidement. Dans ton nez, c’est de l’écorce de pamplemousse et ananas sur une touche de conifère . En bouche on perçoit une amertume tranchante mais qui se dissipe rapidement sur une finale bien sèche.

Draconic Transylvanian Pale Ale, Microbrasserie Kruhnen – Blainville

Draconic Transylvanian Pale Ale

La microbrasserie Kruhnen est remplie de mythes et mystères, de dragons et de vampires ! La brasserie serait située dans un ancien château hanté construit sur un cimetière d’animaux…En fait, le seul mystère de Kruhnen réside dans l’épice secrète que le brasseur ajoute à la majorité, sinon l’entièreté de ses bières. La Draconic Transylvanian pale ale est donc une double IPA aux épices !

Au verre elle resplendit d’un orange doré et translucide, bordé d’une légère mousse qui ne laisse aucune dentelle. Au nez on y découvre des arômes d’épices de mandarine et de conifère, l’amertume tranchante est somme toute assez bien balancée par une légère rondeur et un corps onctueux ! Une bière qui sort de l’ordinaire et qui fait voyager… à dos de dragon…

Grisette #1 ou #2, Brasserie Auval – Val d’Espoir

Grisette #1 Brasserie Auval 2015

Avant d’être le nom d’une bière, la Grisette est tout d’abord le nom d’un style qui est ma foi assez méconnu. Pour parler de la Grisette, il faut tout d’abord faire référence à la saison ; un style agricole belge qui était brassé dans le but d’abreuver les travaillant de la ferme après leur dure journée de labeur. La Grisette apparaît dans le sud de la Belgique lors de son industrialisation dans le bût d’abreuver les travailleurs miniers ! Quoi que semblable à la saison sur plusieurs points, la Grisette se veut plus sèche, moins fruitée et peu acidulée (BAM ! Knowledge is being transfered !).

Celle-ci est d’un beau blond paille et laisse remonter à la surface une légère carbonatation. On y perçoit de subtils arômes de bois, de verdure et d’agrumes le tout sur une finale d’une sècheresse immaculée…

J’aurais définitivement songé trouver du travail au plan nord si on m’avait promis quelques Grisettes à la fin de chaque quart !

Brett Bitter, Microbrasserie le Castor – Rigaud

Brett Bitter, Micro-Brasserie le Castor

La Brett Bitter de la Microbrasserie le Castor est une bière de soif idéale lorsque dehors il fait froid, mais que chez toi il fait chaud car le contrôle du thermostat est dans les mains de ton voisin du dessous qui semble être continuellement gelé depuis qu’il est revenu de son voyage humanitaire au Pérou.

Du haut de ses 3,8% d’alcool, la Brett Bitter sait sortir des chantiers battus et nous offre quelque chose qui nous est inhabituel de déguster chez une classique Bitter anglaise.

Habillée d’une robe d’un brun pale/beige foncé et dotée d’une gazéification des plus agressive (la servir froide aide à contenir son humeur) elle dégage des arômes de cassonade, de noisette, de pain grillé et de pêche le tout dans une sécheresse qui n’est surclassée que par celle de l’air de ton appartement qui cuit à petit feu de radiateur !

Péché Mortel, Brasserie Dieu du Ciel ! – St-Jérôme

dieu-du-ciel-peche-mortel

Je ne me sens pas très original en inscrivant la Péché Mortel à ma liste, c’est un peu comme si j’avais choisi Maurice Richard dans mon pool de hockey…en 1950…

Mais comme nous somme présentement dans une liste des meilleures bières disponible sur tablettes à ce temps-ci de l’année, ça ne me gène pas du tout de souligner cette évidence. Pour-ceux qui ignoraient l’existence de cette bière, la Péché Mortel est une impérial stout au café qui est brassée depuis 2001 ! La légende veut que le Dieu du Ciel ! ait fabriqué une immense machine espresso uniquement pour le brassage de cette bière et que si tu en bois 12 (fortement déconseillé) tes palpitation deviennent si rapides qu’il t’est possible de voyager dans le temps.

Dans ton verre la Péché est d’un noir immaculé qui ne laisse passer aucun rayon, son col d’un pâle moka est persistant et laisse une fine dentelle sur le cristal (oui je bois ma péché dans des verres de cristal). À l’ouverture de la bouteille on sent déjà le café, on y dénote ensuite de légères notes de fruits rouges extrêmement confits ainsi qu’une douce effluve d’alcool. Légèrement sucrée en bouche, la longue et douce amertume du café se fait sentir à bord d’un corps des plus soyeux.

Leo’s Early Breakfast, Brasserie Dunham/Kissmeyer – Dunham

Leo’s Early Breakfast, Brasserie Dunham/

La brasserie Dunham n’est pas reconnue pour brasser à outrance ses produits réguliers, préférant se lancer dans de nouvelles créations toutes plus originales et déjantées les une que les autres, certains diront même qu’aucun de leurs produits n’est régulier. Heureusement pour nous, la Leo’s sort un peu de cette loi et vient s’installer sur les tablettes plus souvent que la majorité des autres produits de cette microbrasserie ! Née d’une collaboration entre la brasserie Dunham et Andréas Kissmeyer, un brasseur itinérant Danois, la Leo’s Early Breakfast est une IPA dans laquelle a été ajouté du thé Earl Grey et de la purée de goyave.

En résulte une bière d’un orangé trouble aux reflets rougeâtres chapeauté d’une mousse tenace. Au nez on y découvre un complexe cocktail de fruits tropicaux, d’herbes, de pamplemousse et de bergamote !  Légèrement sirupeuse, en bouche l’amertume du houblon et du thé se balance doucement avec une légère touche de sucre laissée par la Goyave… se vend en paquet de six !

Conclusion!

Sur ce, je vous souhaite de passer toute une fin d’année 2015, on ne peut pas être sûr à 100% que 2016 va vraiment arriver… Espérons, car 2016 devrait arriver avec son lot de nouvelles bières à boire et de saveurs à découvrir.

Hugo Jacques – Sommelier en bières au Vices et Versa